· 

Billet du Curé du 21 novembre 2021

 

Notre Seigneur Jésus Christ Roi de l'Univers...

 

Nous pourrions penser « tambours et trompettes », « puissance et force » et voilà que la liturgie de la parole de ce dimanche, nous invite à entendre un extrait du récit de la Passion. Pilate interroge Jésus sur son identité. Jésus nous indique comment, lui, il entend ce titre de Roi. La liturgie nous invite alors à nous souvenir de chaque ligne de la Passion. Les biblistes – les exégètes - nous disent que les premiers textes de nos évangiles sont des récits de la Passion. En effet, les premiers disciples, témoins du ressuscité, relisent la vie de Jésus, leur bien-aimé, et disent : « voilà comment le Seigneur nous a aimés ». Voilà comment a vécu et est mort celui qui a dit : « il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux que l’on aime ! » (Jn 15,13) Voilà comment le Seigneur désire « régner » dans nos vies. Il s’offre à nous et, en contemplant chaque page de l’Évangile, nous pouvons nous demander : Seigneur, Jésus, comment pourrais-je vivre à ton image ? Celui que la tradition appelle le bon larron fait, en contemplant Jésus en croix, la vérité dans sa vie (cf. Lc 23,40-43). Zachée, qui accepte avec joie la venue de Jésus, en est converti (cf. Lc 19,1-10) Tant d’autres pages d’évangile... Je suis venu, non pour les justes, mais pour les pécheurs (cf. Mt 9,13). Un enfant demandait un jour : « mais pourquoi le Jeudi Saint on lit l’Évangile où Jésus lave les pieds de ses disciples. C’est pourtant le jour où l’on se souvient de l’institution de l’eucharistie ? » Très bonne question ! Inutile de répondre à l’enfant : « plus tard tu comprendras ». Plutôt l’inviter au chemin intérieur : mon cher, pourquoi l’Élise notre mère et notre enseignante (selon le beau titre de l’Encyclique de Jean XXIII) nous fait entendre ce texte là plutôt qu’un autre ? Il s’agit d’accueillir la même question pour ce dimanche. Pourquoi Jésus humilié devant Pilate le jour où nous le qualifions de roi ? « Comprenne qui pourra » (cf. Mt 11,15) pourrait nous dire Jésus. Notre travail : tâcher de comprendre. Ou, comme la vierge Marie, retenir tout ces évènements dans son cœur et les méditer (cf. Lc 2,51). Mais qui es-tu Jésus pour nous parler ainsi ? nous dit un cantique célèbre. Voilà une bonne question. Que l’Esprit nous éclaire pour tenter de répondre. C’est une méditation sans cesse à renouveler. Bonne fin d’année liturgique.

 

Bon dimanche.

 

Jean-Baptiste, curé.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0