· 

Le billet du curé du 11 avril 2021


Divine miséricorde...

 

Au terme de l’octave pascale, toute la semaine n’est considérée que comme un seul jour célébrant « la fête des fêtes » (saint Augustin), le deuxième dimanche de Pâques inaugure l’octave de dimanches qui mène jusqu’à la Pentecôte, comme aussi un jour unique de fête, un « grand dimanche » (saint Athanase) d’allégresse, manifestée par la flamme du cierge pascal qui brûle près de l’ambon. « Jésus-Christ est le visage de la miséricorde du Père. Le mystère de la foi chrétienne est là tout entier. Devenue vivante et visible, elle atteint son sommet en Jésus de Nazareth. Le Père, « riche en miséricorde » (Ep 2, 4) après avoir révélé son nom à Moïse comme « Dieu tendre et miséricordieux, lent à la colère, plein d’amour et de vérité » (Ex 34, 6) n’a pas cessé de faire connaître sa nature divine de différentes manières et en de nombreux moments. Lorsqu’est venue la « plénitude des temps » (Ga 4, 4), quand tout fut disposé selon son dessein de salut, il envoya son Fils né de la Vierge Marie pour nous révéler de façon définitive son amour. Qui le voit a vu le Père (cf. Jn 14, 9). A travers sa parole, ses gestes, et toute sa personne, Jésus de Nazareth révèle la miséricorde de Dieu. » (Pape François). Divine miséricorde de Dieu pour ceux qui vivaient dans la peur... « La paix soit avec vous ! » Le Seigneur vient offrir cette paix si profonde que le mot n’arrive pas à traduire cette profondeur divine. Et notre cher St Thomas qui grâce à la deuxième venue de Jésus fait profession de foi : « mon Seigneur et mon Dieu ! » « Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. » Nous sommes de ceux-là. Que le Seigneur vienne encore et encore nous redire : « cesse d’être incrédule, sois croyant ! » Nous avons ces 50 jours du temps pascal pour goûter cette présence. Mais entendons la conclusion de l’Évangile de ce jour : Il y a encore beaucoup d’autres signes que Jésus a faits en présence des disciples et qui ne sont pas écrits dans ce livre. Mais ceux-là ont été écrits pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et pour qu’en croyant, vous ayez la vie en son nom. » Voilà pourquoi les Évangiles ont été écrits. Nous aider à croire ; nous aider à grandir dans la foi. À nous de les lire et relire car ignorer les Écritures, c’est ignorer le Christ (St Jérôme).

Très bon dimanche de la Divine Miséricorde.

 

Jean-Baptiste, curé.

Écrire commentaire

Commentaires: 0