· 

Le billet du curé du 10 janvier 2021

Une porte ouverte sur le Ciel...

 

Jésus n’avait aucune raison d’être baptisé. Mais pourquoi alors accepte-t-il de vivre ce rite de purification? Jean le baptiste en est lui-même très surpris. Jésus aurait pu faire tout autrement. Il me semble déjà que Jésus accomplit ce geste pour manifester sa communion, sa compassion avec tout ce peuple des pécheurs. Ces foules qui venaient se faire baptiser par Jean ne peuvent plus aller au Temple pour des raisons de pureté et de leurs péchés. Alors, qu’il était prévu des sacrifices pour cela par la Loi. Le peuple voit en Jean et son baptême une occasion de dire à Dieu sa confiance en son amour miséricordieux. Ce sont ces foules là que Jésus vient rejoindre. À l’instant même les cieux s’ouvrent avec cette parole d’authentification du choix que fait Jésus: « Tu es mon Fils bien-aimé ; en toi, je trouve ma joie. »Oui avec Jésus le ciel s’ouvre et se rouvre pour ces foules du Jourdain mais aussi pour tous ceux dont il croisera la route et qui espèrent une parole de réconfort et de miséricorde. «Tes péchés sont pardonnés». «Moi non plus je ne te condamne pas. Va et ne pèche plus». «Aujourd’hui le salut est arrivé pour cette maison.» En Jésus, c’est la Parole de Dieu qui prend chair. Alors, comme le dit la 1èrelecture: «Cherchez le Seigneur tant qu’il se laisse trouver». Que l’Esprit vienne également sur nous pour nous réjouir de la joie du Père. Que l’Esprit nous fasse découvrir que dans chaque mystère de la vie de Jésus se joue la manifestation (l’Épiphanie), le dévoilement de Dieu au cœur du monde. Mais, plus encore, en descendant dans l’eau du Jourdain, Jésus choisit de prendre sur lui tout le péché du monde: «voici l’agneau de Dieu qui enlève le péché du monde.»Puissions-nous goûter à la densité de cette phrase quand le célébrant nous montre le Saint Sacrement juste avant de recevoir la communion et exulter de joie quand nous marchons pour recevoir le Corps du Christ en nos pauvres corps. A la messe, d’une certaine manière, nous sommes comme au bord du Jourdain.

Benos Doue! Alléluia.

Très bon dimanche.

 

Jean-Baptiste, curé

Écrire commentaire

Commentaires: 0