· 

Le billet du curé du 13 décembre 2020

 

Evangéliser Noël

 

Il faut évangéliser Noël. Le cheminement proposé par l’Église pour l’Avent nous invite à nous demander : « mais qui est donc cet enfant ? » Ce dimanche nous lance un appel à la joie ; joie de l’espérance de la réalisation de la promesse au milieu des difficultés si diverses qui nous touchent ou qui touchent nos frères et sœurs dont nous partageons la commune humanité. Même la couleur liturgique passe du violet à quelque chose de plus joyeux, le fameux rose du dimanche de Gaudete. La tradition de la célébration liturgique fait signe et nous fait approfondir le mystère.

 

La promesse qui se réalise, en Jésus, depuis le 1er Noël et la Pâque du Seigneur est que nous est rendue notre dignité d’enfants de Dieu. Le saint pape Jean-Paul II aimait à dire : « il est celui qui a donné Dieu aux hommes et les hommes à Dieu. » C’est un don que lui seul peut nous faire. C’est une bonne nouvelle à faire circuler de toute urgence. Quand saint François « invente » la crèche, il ne propose pas de revenir au passé d’une naissance déjà ancienne en son temps. Il invite la foule des plus pauvres à redécouvrir la présence de Dieu avec eux et pour eux ... l’Emmanuel. Si Jean, celui qui baptisait, est dans la joie c’est parce qu’il découvre, accueille et désigne la Lumière de la Vie. Jean nous offre cette joie de l’Évangile que rien ne pourra nous enlever. Il désigne cette lumière source d’une joie unique. Dimanche dernier, un catéchumène me partageait cette joie d’avoir découvert Jésus parce qu’il en avait entendu parler. Jésus, pour lui, n’est plus quelqu’un d’extérieur, d’étranger à sa vie. Il découvre qu’il est au cœur de sa vie. Dans quelques jours, nous allons fêter Noël. Le plus important n’est pas de préparer une fête même si c’est important justement parce que c’est une fête. Il s’agit d’accueillir Celui qui vient chercher et sauver ceux qui étaient perdus. C’est le plus beau des cadeaux que nous avons à accueillir et à offrir. C’est seulement auprès du Seigneur que nous trouverons la vraie joie. Lui seul peut nous aider à évangéliser Noël car il en est le principal acteur. Nous sommes tous invités et attendus à la crèche. Que le Seigneur nous donne de répondre généreusement à son appel.

 

En ces jours où nous installons le sapin et la crèche le pape François disait dimanche dernier à l’Angélus : « Ce sont des signes d’espérance, spécialement dans ce temps difficile. Faisons en sorte de ne pas nous arrêter au signe, mais d’aller vers la signification, c’est-à-dire vers Jésus : vers l’amour de Dieu qu’Il nous a révélé, aller vers la bonté infinie qu’Il a fait resplendir sur le monde. Il n’y a pas de pandémie, il n’y a pas de crise qui puisse éteindre cette lumière. Laissons-la entrer dans notre cœur, tendons la main à celui qui en a le plus besoin, ainsi Dieu naîtra à nouveau en nous et au milieu de nous. » Très bon dimanche.

 

Jean-Baptiste, curé.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0