· 

Billet du curé du 18 octobre 2020

Missionnaire à tout âge !

 

Cette semaine, une catéchiste me partageait la joie rayonnante de deux enfants de son équipe. Ils étaient tout heureux parce que leur ami avait enfin accepté de venir découvrir la catéchèse après de multiples invitations. Au fond, missionnaire, c’est tout simple. Un ami qui parle à son ami : « tu sais, j’ai découvert un trésor et je souhaite te le faire découvrir ! » Ces enfants sont si attachés à Jésus qu’ils désirent ardemment que leurs amis le connaissent aussi. Et nous ? Il ne s’agit pas d’abord de remplir nos églises mais de faire résonner (c’est le sens du mot catéchèse) la Bonne Nouvelle de Jésus. Si les gens s’attachent à Jésus, alors ils viendront rejoindre la communauté chrétienne avec l’éternelle jeunesse de ceux qui accueillent la Bonne Nouvelle. Ils offriront aussi à notre Église de nouvelles manières de vivre l’Évangile comme ce jeune Carlo Acutis, béatifié samedi dernier. Il a su témoigner de la plus antique Tradition de l’Église pour notre temps.

 

« Nous avons bien compris aujourd’hui que notre diocèse était devenu une terre de mission » notait notre évêque (homélie du 1er octobre dernier). « Votre paroisse est une terre de mission. Beaucoup de gens aujourd’hui sont perdus par ce qui se passe dans le monde. Nous ressentons un manque d’espérance qui peut les démobiliser. Nous devons leur apporter la lumière de l’Évangile comme le phare d’Ar Men qui brave les tempêtes pour sauver des vies ! » (Homélie d’installation du curé – 13 sept. 2020) Sommes-nous convaincus que l’Évangile peut sauver des vies : sauver du non-sens, de la désespérance, des fausses consolations diverses ? Offrir la Joie de l’Évangile est le plus beau cadeau que nous puissions faire à nos contemporains qui sont nos frères (Fratelli Tutti). Certains se sentent appelés à aller à l’autre bout du monde. La plupart, et c’est notre cas, c’est là où nous sommes placés que nous sommes envoyés. Dans nos familles, au travail, dans nos responsabilités sociales, que l’on soit jeune ou plus âgé… c’est là… avec nos qualités, nos faiblesses, … « Car Dieu qui a dit : du milieu des ténèbres brillera la lumière, a lui-même brillé dans nos cœurs pour faire resplendir la connaissance de sa gloire qui rayonne sur le visage du Christ. Mais ce trésor, nous le portons comme dans des vases d’argile ; ainsi, on voit bien que cette puissance extraordinaire appartient à Dieu et ne vient pas de nous. (2 Co 4, 6-7)

 

Merci, Seigneur pour ces jeunes enfants disciples missionnaires. Merci à cette catéchiste de m’avoir partagé sa propre joie. Quand on commence la messe avec une telle bonne nouvelle, on ne peut qu’être que dans l’action de grâce. Benos Doue !

 

P. Jean-Baptiste GLESS

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0