· 

Semaine de prière pour l'unité des chrétiens

Jérémie Manston a pris ses fonctions au sein de la petite communauté protestante de Douarnenez (Finistère), en septembre 2018. Il partage son temps entre l’exercice des cultes et ses tâches de salarié au lycée agricole de Châteaulin. Le père de trois enfants projette de se mettre à son compte.

 

 

Ce pasteur cultive sa foi… et la terre. Jérémie Manston a pris le relais de Samuel Hervé à l’Église protestante de Douarnenez (Finistère) en septembre 2018. Il assure désormais les prédications et la continuité des œuvres sociales en projet.

 

Malgré ces multiples missions, le jeune homme de 35 ans, heureux papa de trois enfants, n’exerce sa fonction qu’à mi-temps. À la fois par choix et par contrainte. « La communauté douarneniste n’est composée que d’une quinzaine de personnes , explique-t-il. Ses ressources financières ne garantissent pas au pasteur un salaire suffisant pour subvenir à ses besoins » . Et d’ajouter, avec un sourire : « Lorsque l’on est à plein-temps, on bouffe de l’Église matin, midi et soir, lâche-t-il. J’ai peur qu’avoir le nez dans le guidon m’éloigne des gens et de la réalité dans laquelle ils vivent. Par le travail, je me raccorde au monde extérieur.  »

Jérémie Manston a donc décidé de devenir maraîcher bio. Il est actuellement salarié au lycée agricole de Châteaulin. Non loin de Trégarvan, petit hameau où il vient d’acheter une maison avec sa femme.

 

Le jeune pasteur a été touché par l’amour de la terre lorsqu’il exerçait comme aumônier dans les hôpitaux de Nice en 2014. Une ville dans laquelle « l’opulence » et « les appels à la consommation » l’ont poussé à réfléchir sur la frugalité : « Je me suis intéressé à la permaculture, à la décroissance et à des modes de vie plus simples et respectueux de l’environnement  » , détaille-t-il.

Le Parisien d’origine n’arrivait pas à « accrocher » avec la capitale des Alpes-Maritimes. « Je ne supportais ni le climat, ni la mentalité du sud » , explique-t-il dans un éclat de rire.

Il décide de retourner en Bretagne, sa région « coup de cœur » , qu’il avait découvert lors de son premier poste de pasteur à Morlaix en 2011. « Quand l’opportunité de venir à Douarnenez s’est présentée, je me suis lancé dans le maraîchage bio. »

Désormais bien installé, Jérémie Manston a entamé les démarches pour se mettre à son compte et cultiver ses propres terrains.

 

Entre ses projets, sa fonction de pasteur et sa vie de famille, « la fatigue est là, confie-t-il. C’est une gymnastique intellectuelle à adopter. »

Mais le trentenaire l’assure, « ce système est le meilleur qui soit. Je vis à la fois ma vocation et ma passion. Je ne regrette rien ! »

 

Sources : https://www.ouest-france.fr/bretagne/douarnenez-29100/le-nouveau-pasteur-de-douarnenez-est-aussi-maraicher-bio-mi-temps-6137905

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0